AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Affaire Arslane: boycott de l’activité judiciaire au niveau national le 7 juin

Le Conseil de l’Union Nationale des Ordres des Avocats (UNOA) a fait part ce samedi de sa décision de boycotter l’activité judiciaire le 7 juin au niveau national « à l’exception des délais ». Prise à l’issue d’une réunion tenue ce 5 juin à la Cour suprême, la décision du boycott intervient « en solidarité » avec l’avocat incarcéré Abderraouf Arslane.

Mis sous mandat de dépôt le 26 mai dernier, l’avocat Abderraouf Arslane, membre du collectif de défense des détenus d’opinion, est accusé « d’adhésion à une organisation terroriste », comme communiqué jeudi par le procureur général adjoint près la Cour de Tebèssa. Aujourd’hui, le Conseil de l’UNOA a dénoncé « un dossier vide qui ne comporte aucune preuve d’appartenance à une organisation terroriste ».

« Le Conseil a écouté le rapport du bâtonnier de Tebèssa sur l’affaire du confrère Arslane et ses membres ont consulté le dossier qui ne comporte aucune preuve d’appartenance à une organisation terroriste et le procès-verbal lui-même est construit sur de simples suppositions », a indiqué le communiqué du Conseil de l’UNOA.

Et d’ajouter: « l’enquête n’a conclu à aucune preuve, c’est pourquoi son incarcération n’est pas justifiée d’autant plus qu’il présente toutes les garanties pour se présenter devant la Justice ».

« Violation du secret de l’instruction » et de la « présomption d’innocence »

Alors que la chambre d’accusation a confirmé le mandat de dépôt ordonné contre maitre Arslane et ses trois co-accusés, le 1er juin, les accusations retenues contre eux n’ont été révélées que le jeudi 3 juin par le procureur général adjoint près la Cour de Tebèssa lors d’une conférence de presse.

Le procureur général adjoint a indiqué que les premiers éléments de l’enquête lancée par les services de la gendarmerie, “sur la base de rapports sécuritaires fiables”, ont montré que les quatre accusés sont « liés au mouvement terroriste Rachad » qui a été classé récemment par le haut Conseil de Sécurité comme “organisation terroriste”.

Ces déclarations ont été rejetées ce samedi par le Conseil de l’UNOA qui a dénoncé une « violation du secret de l’instruction » et de la « présomption d’innocence ».

« Le Conseil regrette la mauvaise lecture du dossier par le procureur général de la Cour de Tebèssa qui a violé le secret de l’instruction et la présomption de l’innocence ». lit-on sur le communiqué.

« Le conseil appelle à la mise en oeuvre des procédures judiciaires relatives à la présomption d’innocence et la liberté des individus et de rendre la mesure du mandat de dépôt une exception applicable qu’en cas de nécessité suprême », lit-on encore.

Considérée comme « énième atteinte » à leur profession, l’incarcération de l’avocat Abderraouf Arslane a suscité de vives émotions parmi les robes noires. Le barreau de Tebèssa a décidé de boycotter sine die l’activité judiciaire tandis que d’autres protestations ont été organisées notamment à Alger en faveur de l’avocat.

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ