AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Coronavirus: L’OMS s’affiche favorable pour l’administration du vaccin d’AstraZeneca

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a déclaré ce vendredi 12 mars 2021, qu’il « n’y a pas de raison de ne pas utiliser » le vaccin anglo-suédois anti-covid19 d’AstraZeneca, et ce, après sa suspension par « mesure de précaution » dans plusieurs pays européens.

En effet, lors d’un point de presse tenu aujourd’hui par l’Organisation des Nations Unis (ONU) à Genève, Margaret Harris, porte-parole de la même organisation a déclaré, « Oui nous devrions continuer à utiliser le vaccin d’AstraZeneca« , « il n’y a pas de raison de ne pas l’utiliser« , explique-t-elle.

Notons que ce vaccin-ci a été suspendu jeudi 11 mars, dans plusieurs pays, notamment au Danemark, L’islande, la Norvège ainsi que la Bulgarie. La raison avancée par ces pays a été une prise de « précaution« .

De son coté, l’Agence danoise de la santé, qui notons le a été la première à annoncer cette décision, a mis cela sur le compte de la prudence face à des « cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées » même si « à l’heure actuelle » un lien ou rapport entre le vaccin et les caillots sanguins n’a pas encore été établi.

Notons également qu’au tout début de semaine, l’Autriche a arrêté d’administrer un lot du vaccin d’AstraZeneca pour cause d’un décès d’une infirmière victime de « graves troubles de la coagulation » survenus quelques jours après qu’elle ait été vaccinée.

Rétorquant à ces « accusations« , le laboratoire anglo-suédois et le gouvernement britannique ont réagi jeudi pour défendre un vaccin « sûr » et « efficace« .

La porte-parole de l’OMS quant à elle a souligné que les experts de l’organisation se « penchaient sur les informations de la formation de caillots sanguins« , « pour l’heure aucun lien de cause à effet n’a été établi« , note-t-elle.

Et d’ajouter d’un ton ferme que, « toute alerte de sécurité doit faire l’objet d’une enquête« . Par ailleurs, « nous devons toujours nous assurer que nous étudions toutes les alertes de sécurité quand nous distribuons des vaccins et nous devons les passer en revue, mais il n’y a aucune indication de ne pas l’utiliser« , assure-t-elle.

Avec AFP.

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ