AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Crânes de résistants algériens: un député français relance le dossier

Le dossier des crânes de résistants algériens de la colonisation française, conservés au Musée de l’Homme de Paris, refait surface à quelques jours de la visite officielle d’Élisabeth Borne à Alger, prévue le 9 octobre.
© DR | Crânes de résistants algériens conservés au Musée de l'Homme - Paris

Un député à l’Assemblée nationale française a pris l’initiative de déposer une proposition de loi visant à autoriser la restitution par la France, des crânes de résistants algériens qui se trouvent encore au Musée de Paris. «Mon cabinet a déposé une proposition de loi pour une restitution des crânes de résistants algériens, dont une partie est stocké actuellement au Musée de l’Homme», a déclaré Martens Carlos Bilongo, député du Val d’Oise à l’Assemblée nationale, dans une vidéo partagée sur sa page facebook.

Une proposition de loi déposée

Tout en rappelant qu’une partie de ces crânes, au nombre de 24, a déjà été cheminée vers  l’Algérie «pour une restitution temporaire de cinq ans», le député estime que le temps était venu de rapatrier l’ensemble des ossements conservé depuis un siècle et demi en France.

Le 3 juillet 2020, la France a restitué 24 têtes de résistants algériens à la colonisation française, dont ceux de six chefs de la résistance populaire. Il s’agit de Mohammed Lamjad ben Abdelmalek, dit Chérif Boubeghla, initiateur d’une révolte populaire qui porte son surnom, dans la région du Djurdjura et d’Ahmed Bouziane, chef de la révolte des Zaâtchas, de Aissa Al-Hamadi, Si Moussa, Cherif Boukdida  et Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui.

Un moment d’émotion nationale

L’Hercules C-130 transportant lesdits restes mortuaires avait été escorté dès son entrée dans l’espace aérien par des avions de chasse de l’ANP. Le président Abdelmadjid Tebboune et tous les hauts responsables de l’Etat, ‘étaient déplacés à l’aéroport pour l’accueil du convoi. L’événement a été marqué par des moments intenses en émotion.

Toutefois, plus de 500 crânes demeurent toujours conservés au Musée de l’Homme de Paris. Le député du Val d’Oise qui affirme que sa proposition bénéficie d’un large soutien parmi les parlementaires de la NUPES et d’autres formations politiques, estime que ces restes mortuaires doivent être restitués.

Pour une restitution de tous les crânes

«Je pense qu’aujourd’hui, nous devons restituer tous ces crânes», déclare Carlos Bilongo, rappelant qu’un collège entre la France et l’Algérie constitué d’experts scientifiques qui ont mis en place une cellule, a été créé. Mais, «c’est le Parlement, par le biais de cette loi, qui pourra accélérer les choses et faire bénéficier les algériens d’un retour de leur sépulture en bon droit», soutient-il encore.

L’affaire des crânes a explosé, rappelons-le, en 2011, lorsque l’anthropologue et historien algérien Ali Belkadi les a découvert au Musée de l’Homme à Paris, «calfeutrés dans de vulgaires boîtes cartonnées qui évoquent les emballages de magasins de chaussures », avait-il dénoncé. Il lança alors une pétition pour leur rapatriement, qui n’aboutira pas.

Un long processus

Et c’est en 2016 que l’écrivain et universitaire Brahim Senouci lance un appel suivi d’une pétition publiée par Le Monde, signée par beaucoup d’intellectuels et historiens dont Gilles Manceron et Benjamin Stora, pour renouveler la demande.

En décembre 2017, le président français, Emmanuel Macron, en déplacement à Alger, s’est  dit alors «prêt» à ce que Paris restitue ces crânes à l’Algérie, avant qu’une demande officielle ne soit adressée par Alger, en janvier 2018.

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ