AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Débat politique: Makri regrette la démission des acteurs de l’opposition

Malgré une rentrée sociale des plus difficiles, un environnement régional et international instable, des événements de grande importance et une situation économique sensible, la classe politique en Algérie est aux abonnés absents. C’est le constat que fait Abderrezak Makri, président du Mouvement de la société pour la paix (MSP).

Le chef du parti islamiste s’interroge, en effet, sur l’absence des acteurs politiques, en particulier ceux de l’opposition, au moment où le Parlement débatte de la déclaration de politique générale du gouvernement.  «Où est le débat politique qui caractérisait la scène politique de notre pays, malgré toutes les situations difficiles qu’il a traversées par le passé ?», se demande avec regrets Makri, dans une tribune publiée sur son compte facebook.

Le président du MSP partage depuis quelques jours ses remarques et sa lecture personnelle sur la déclaration de politique générale du Gouvernement d’Aïmene Benabderrahmane.

Il trouve donc inconcevable que les acteurs politiques désertent la scène en ce moment particulier de la vie du pays. « Est-ce logique que la déclaration de politique générale du gouvernement soit débattue au niveau du parlement, en l’absence de politiques et de spécialistes, sur la scène nationale, pour démaquer les mensonges des responsables ? », ironise-t-il, soulignant l’existence, tout de même, de «quelques voix encerclées dont les cadres du MSP».

Pour enfoncer encore ses cibles qu’il ne désigne pas, Makri se demande si «les politiques qui se disent opposants au système attendent une action du peuple pour parler», en d’autres termes «surfer sur les vagues du changement ?»

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ