AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Feux de forêts: l’opposition déplore «le manque de prospective» et s’interroge sur les moyens promis par le gouvernement

Les feux de forêts qui ont ravagé des wilayas du Nord et du Nord-est du pays ont fait 37 morts selon le dernier bilan communiqué, ce jeudi 18 août, par la Direction générale de la Protection civile. Les images et vidéos largement relayées sur les réseaux sociaux, parvenues d’El Tarf, de Souk Ahras et de Sétif, entre autres, rappellent à la mémoire la catastrophe vécue durant l’été 2021 par de nombreuses wilayas, particulièrement Tizi-Ouzou.  

Pour la classe politique, notamment les partis de l’opposition, le pouvoir «n’a pas tiré les leçons» du drame de l’année dernière. Des partis et des responsables politiques ont pointé du doigt le manque de moyens matériels et dénoncé l’absence de vision prospective dans la lutte contre les feux de forêts.

Pour le Parti des travailleurs (PT), «le drame qui frappe à nouveau les populations de plusieurs wilayas pose plusieurs interrogations légitimes».

«Qu’a t’on fait des revendications des pompiers maintes fois exprimées réclamant plus de moyens humains et matériels? » et «où sont les moyens, notamment aériens, de luttes contre les feux promis lors des incendies ravageurs qui ont littéralement emporté des centaines de victimes et centaines de brûlés? », se demande le parti de Louisa Hanoune, dans un communiqué de son Secrétariat national.

Le PT qui s’attend à ce que soient situées «les responsabilités politiques de tels drames répétitifs», appelle les autorités à déployer tous les moyens disponibles «y compris la réquisition des entreprises publiques et privées pour venir à bout de ses incendies», à «déclarer l’état de catastrophe naturelle et à déclencher le plan ORSEC partout où la situation l’exige».

De son côté, le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Atmane Mazouz, décrie «une hécatombe» suite aux incendies qui ont ravagé plusieurs wilayas, déplorant «un premier bilan 26 morts». Sur la même lancée que le PT, le président du RCD s’est intérogé, dans une publication sur sa page facebook : «Jusqu’à quand allons-nous subir l’incurie et la mauvaise gouvernance ?». Une question qui cache mal la cible de Mazouz qui accuse indirectement le gouvernement d’avoir failli à sa mission.

Le coordinateur du Mouvement démocratique et social (MDS), Fethi Ghares, a pour sa part, pointé du doigt le manque de prospective. «L’Etat algérien manque de prospective car il ne planifie pas. Il ne planifie pas car il ne réfléchi pas. Il ne réfléchi parce que les responsables qui le dirigent et gèrent ses ressources ne sont pas tenus de rendre des comptes», écrit-il sur sa page facebook.

Et ce sont les mêmes interrogations presque reviennent à chaque fois.  Gharès s’interroge sur « la destination des milliards dont disposait le pays durant deux décennies ?» « Le peuple affronte la Covid-19 sans oxygène et les feux sans moyens à la hauteur des dangers climatiques dont nous vivons ces dernières années », s’indigne le coordinateur du MDS. Et d’assener : «l’Etat, avec le régime en place, n’est pas à la mesure des aspirations du peuple, mais de celle de la Issaba».

L’ancien président du RCD, Mohcine Belabbas, a lui aussi réagi au drame de Tarf, Souk Ahras et Sétif.  Il déplore «des drames à répétition chaque année sans que des enseignements ne soient tirées, des mesures réfléchies et efficaces ne soient prises». Pour Mohcine Belabbasi, cela «pose la question de savoir si le pays est gouverné».

Enfin, le Premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS), Youcef Aouchiche, qui a exprimé sa « solidarité » avec les habitants des wilayas touchées, s’est interrogé aussi «jusqu’à quand ces incendies continueront de prendre des vies parmi les Algériens ?».  

«Sachant que l’Algérie a connu un drame similaire l’année dernière, le FFS s’interroge sur l’efficacité des mesures prises afin que de pareilles catastrophes ne se répètent plus, et insiste sur l’ouverture d’une enquête approfondie pour tirer les conclusions, en informer l’opinion publique et situer les responsabilités et les causes», ajoute le parti dans un communiqué.

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ