29-12-2022-CevitalG-Digital-1000x250-IB
PUBLICITÉ
Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ

Karim Tabbou depuis la prison : « Il est impératif que soient distingués les militants des opportunistes »

© DR |
Event marked by the presence of Karim TABBOU in Bejaia for the grand march of May 24, 2019, a warm welcome was reserved by the citizens of Bejaia. During the march, Karim TABBOU gave several interventions to the various TV and press channels present on site. On the other hand, he answered the many questions raised by the protesters about the current situation of the country and the future of the movement according to his vision. Manifestation marquée par la présence de Karim TABBOU à Bejaia pour la grande marche du 24 mai 2019, un accueil chaleureux lui a été réservé par les citoyens de Bejaia. Karim TABBOU, durant la marche, a accordé plusieurs interventions aux différents chaîne TV et presse présentes sur place. D'autre part, il a répondu aux multiples questions évoquées par les manifestants sur la situation actuelle du pays et l'avenir du mouvement selon sa vision.

« Il est impératif que soient distingués les hommes et les femmes de conviction des opportunistes combinards », c’est ce qu’a écrit le détenu Karim Tabbou depuis sa cellule à la prison de Koléa. Des propos qui interviennent après la révélation de Djilali Sofiane sur sa rencontre avec Abdelmdjid Tebboune et l’engagement de ce dernier à libérer Karim Tabbou et Samir Belarbi.

Le militant Karim Tabbou a adressé mardi une lettre de remerciements aux algériens et algériennes qui lui ont envoyé des messages de solidarité à l’occasion de son anniversaire. Cette lettre a été transmise par son frère, Djafar Tabbou via Facebook.

« A l’occasion de mon anniversaire, j’ai reçu des milliers de messages et de vœux. Cette grande et fraternelle sollicitude comme votre solidarité exprimée à mon égard depuis plusieurs mois sont une aide précieuse pour moi », a écrit Karim Tabbou dans sa lettre. Il a également profité de l’occasion pour exprimer à son tours tous ses « vœux de bonheur », des vœux « qui n’ont de terme que votre honneur et mon respect, l’un et l’autre sont infinis ».

« Celui qui va doucement arrive sûrement », a-t-il poursuivi, affirmant que « des jours meilleurs nous y approchons de plus en plus même si parfois les chemins de liberté sont semés d’obstacles et de difficultés. Nous devons garder l’espoir. Ensemble, nous y arriverons ».

« Ce sont des jours qui nous apporterons de nouvelles sensations. Des senteurs de liberté qui dissiperont toutes cette puanteur d’un régime finissant et en décomposition », a-t-il ajouté.

Pour le détenu politique, ces « jours permettront aussi un tri salutaire entre les vrais et les faux militants ». « Il est impératif que soient distingués les hommes et les femmes de conviction de ces opportunistes combinards », a-t-il souligné.

Il a ajouté, dans ce sens, que « ces derniers (opportunistes) sont otages de leurs appétits. Ils sont irrésistibles à l’attrait de la mangeoire, c’est une nouvelle génération d’opportunistes, des marionnettes politiques prêts à tous les emplois ».

« Une vraie nouvelle Algérie pour laquelle nous nous battons doit être : Inclusive de toutes les représentations politiques et sociales réelles. Respecte le suffrage universel et le principe de l’alternance au pouvoir. Respecte l’exercice de toutes les libertés. Donne la prime au DROIT », a-t-il rappelé.

Et d’ajouter : « Une vraie nouvelle Algérie est celle qui donne envie à chacun de nous de s’impliquer dans la construction d’un avenir commun. Une vraie nouvelle Algérie est celle qui s’interdit l’emprisonnement des journalistes, des militants, des syndicalistes…Une vraie nouvelle Algérie est celle qui met toutes et tous sous l’autorité de DROIT ».

« Du fond de ma cellule et du fond de mon cœur, je vous exprime ma plus profonde gratitude et mes remerciements fraternels », a-t-il conclu.

Rappelons que Karim Tabbou est emprisonné à la prison de Koléa depuis septembre 2019. Poursuivi pour « atteinte au moral de l’Armée » , « atteinte à l’unité nationale », et « incitation à la violence », Karim Tabbou a été condamné en première instance à une année de prison dont six mois avec sursis. Cependant, sa peine a été aggravée en appel le 24 mars dernier alors qu’il devait être libéré le 26 du même mois.

Notons par ailleurs que le président du parti Jil Jadid, Sofiane Djilali a révélé mardi que suite à une requête introduite par lui auprès d’Abdelmadjid Tebboune, ce dernier s’est engagé à libérer « prochainement » les deux détenus d’opinion, Samir Belarbi et Karim Tabbou “comme gage de son intention de favoriser l’apaisement et le dialogue national”.












Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ