29-12-2022-CevitalG-Digital-1000x250-IB
PUBLICITÉ
Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ

«La pensée d’Aït Ahmed face aux tragédies algériennes»: nouveau livre de Jugurtha Abbou

Face au désert politique qui s’est installé depuis des mois en Algérie, tant la démission des acteurs politiques et des formations, particulièrement celles dites de l’opposition, il serait peut-être très utile de regarder dans le passé. Objectif: s’inspirer de ceux qui ont marqué les luttes démocratiques dans le pays, depuis l’indépendance. Feu Hocine Aït Ahmed (1926-2015) est, sans doute, l’un des militants qui, par ses positions, a laissé son empreinte sur ce terrain.

Jugurtha Abbou revisite sa «pensée» à travers «un livre qui paraitra durant ce mois de décembre», a-t-on appris auprès de l’auteur.

«La pensée d’Aït Ahmed face aux tragédies algériennes», tel est le titre de l’essai qui traite de la pensée de ce militant de première heure et au parcours prolifique. «Fervent militant contre le colonialisme et pour l’indépendance, puis un homme politique contre la dictature et pour l’instauration de la démocratie, Hocine Aït Ahmed avait pour lutte une Algérie qui se voulait libre et souveraine, puis démocratique et sociale», résume l’auteur du livre.

Un homme au parcours prolifique

Non sans oublier la devise du chef charismatique du FFS “ni état policier et ni république intégriste”, pour se positionner entre ce qu’il qualifie d’«autoritarisme des gouvernants et totalitarisme islamiste».

Dans ce livre, l’auteur nous ramène aux débuts du parcours d’Aït Ahmed dans son village dans la commune d’Aït Yahia en Kabylie, pour expliquer les éléments qui ont forgé sa pensée, passant par sa prise de conscience et les massacres du 8 mai 1945, puis portant la guerre comme instrument de la politique, jusqu’à être ambassadeur de la révolution.

Les éléments de la pensée d’Aït Ahmed

«Le Maghreb démocratique des peuples, rendre l’Etat à la nation, à la recherche des solutions politiques, l’Assemblée constituante, les questions de liberté, des droits de l’Homme, de l’identité, de la condition féminine, de l’Islam el la laïcité », sont autant de points abordés dans la pensée d’Aït Ahmed.

Aussi, l’essayiste revient sur les positions de feu Aït Ahmed face au système, à l’armée et devant les assassinats politiques d’Abane Ramdane, à Khider, Boudiaf, Matoub Lounès. Ses initiatives de sortie de crise prendront aussi une large partie du livre, à commencer par «la rencontre avec Ben Bella, pour une réconciliation nationale historique, la rencontre de Rome et la concorde civile».

Initiatives

À travers cette œuvre, Jugurtha Abbou se fixe le but de «représenter de façon succincte la vision de Hocine Aït Ahmed et sa pensée politique, économique et identitaire».

«Cet ouvrage est écrit dans l’espoir de voir les jeunes générations  s’imprégner du parcours d’Aït Ahmed et de ses idées, afin de poursuivre son combat de militant pour une Algérie libre et démocratique», nous dit-il.

L’auteur et dans un souci d’appuyer son texte, a enrichi chaque passage par une, voire plusieurs citations de Hocine Aït Ahmed, puisées de ses livres, de ses messages ou de ses discours, notamment à l’intérieur de son parti, le FFS.

Inspirer les nouvelles générations 

Pour Jugurtha Abbou, «les Algériens ont grand besoin d’un homme politique pour qui l’humain est le cœur de l’action, le moteur du développement et l’acteur principal de la vie publique. Ils ont besoin de celui qui les écoute, les comprend, les sensibilise».

Quelqu’un qui leur rappelle, comme l’a si bien dit Aït Ahmed, que «Le désespoir n’est pas une fatalité. Les Algériens peuvent -et doivent- renouer avec les valeurs de liberté et de justice. La vraie réconciliation passe par une réappropriation de l’Etat et des institutions par les citoyens algériens à travers les moyens de la démocratie et du droit.»

Biographie:

Spécialiste en psychologie sociale, Jugurtha Abbou est un militant politique qui a entamé, il y a trois ans, l’aventure de l’écriture. Depuis «L’Amour des feux» en 2019, un roman poétique, il a publié «Hier, aujourd’hui, demain l’Algérie» en 2021 (Essai politique) et «Les maux conjugués» (Roman) en 2022. Il s’apprête à signer son 4e livre. Le fait d’avoir milité au sein du FFS (Ancien membre du Conseil national), lui a permis de s’imprégner de la pensée de Hocine Aït Ahmed dont il nous livre, à travers cet essai à sortir durant ce mois, les éléments essentiels.

Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ