AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Le FFS et le RCD commémorent le 66e anniversaire du Congrès de la Soummam

© RCD | commémoration du 66e anniversaire du congrès de la Soummam à Ifri Ouzelaguen

Forte mobilisation à Ifri Ouzellaguen dans la wilaya de Bejaia à l’occasion de la célébration du 66e anniversaire du congrès de la Soummam. Les deux partis de l’opposition, le FFS et le RCD ont commémoré cet événement fondateur qui a marqué l’histoire de la glorieuse révolution.

Après une suspension de deux ans dues à la pandémie de la Covid19, les festivités commémoratives du congrès de la Soummam ont repris de plus belle. A cette occasion, Le FFS et le RCD ont mobilisé, chacun à part, leurs troupes pour la réussite de cet événement historique.

Une délégation du RCD conduite par son président, Atmane Mazouz a déposé une gerbe de fleur au mémorial des martyrs, sous les cris de la foule qui scandait Djazair Houra Démokratya », un slogan qui a retenti dans les rues d’Alger et d’autres villes pendant les manifestations du Hirak.

Hier, Atmane Mazouz a indiqué que « cette halte historique de la commémoration de la charte de la Soummam doit être aussi celle de l’engagement pour exiger la libération des citoyens qui croupissent en prison pour avoir pacifiquement exprimé leur opinion dans leur pays ».

« Une révolution qui a mobilisé les Algériennes et les Algériens pour la liberté ne doit pas être, des années après, celle qui emprisonne ses propres enfants. Notre urgence est de libérer les victimes d’abus des cachots du régime et empêcher que les forfaitures se reproduisent et durent« , a-t-il souligné.

Le FFS : « le pays plus que jamais à besoin d’un consensus national !

Le FFS a entamé la célébration par un hommage aux victimes des incendies qui ont touchés plusieurs wilayas du centre et de l’est du pays, notamment El Taref. Le premier secrétaire du Parti, Youcef Aouchiche a présenté aux noms des militants du parti ses condoléances aux familles des victimes, exprimant son soutien et sa solidarité en cette douloureuse circonstance.

© FFS | le premier secrétaire du FFS prononce une allocution à la commémoration du 66e anniversaire du congrès de la Soummam

« Nous célébrons aujourd’hui le double anniversaire des attaques du Nord-Constantinois et de la tenue du Congrès de la Soummam, (20 août 1955 et 20 août 1956). Deux évènements fondateurs qui ont marqué l’histoire de notre glorieuse révolution et qui s’offrent aujourd’hui à notre nation comme repères incontestables dans la perspective de construire une Algérie, démocratique et sociale« , a indiqué le premier secrétaire du FFS, dans une allocution prononcée devant une foule nombreuse.

Par ailleurs, le FFS estime que le pays est « otage entre un pouvoir autoritaire et des populistes sans envergures politiques, le pays se trouve dans un statut quo mortifère, aggravé par une situation socio-économique désastreuse et des défis sécuritaires et géostatiques immenses ».

« Il sait pourtant qu’en continuant dans cette logique et en refusant tout dialogue sérieux et sincère, il ne fera que s’éloigner chaque jour un peu plus de la perspective d’une solution politique à la crise multidimensionnelle que nous vivons. Chaque pas fait en direction de l’arbitraire nous enfonce un peu plus dans la crise, la négation et le mépris ne conduisant qu’à renouveler l’impasse et l’échec », explique le premier secrétaire du plus vieux parti d’opposition en Algérie.

A cet égard, le parti de feu Hocine Ait Ahmed, rappelle que « le pays plus que jamais à besoin d’un consensus national ! Il est aujourd’hui devenu vital ».

Pour le FFS, « seul un consensus national fruit d’un dialogue inclusif, responsable et transparent pourra garantir la stabilité politique, le développement économique, la prospérité sociale, donc la Sécurité nationale. Il s’agit d’une question centrale et d’une exigence à la fois historique et politique à même de garantir et de rendre irréversible le changement vers la démocratie et la bonne gouvernance. On pourra alors envisager une nouvelle Algérie qui se construira avec les algériennes et les algériennes et non pas contre eux« , a-t-il ajouté.

Le premier rappelle à la fin de son allocution que « les militants du FFS ont été bien seuls pendant de très longues années à venir commémorer le 20 août au mémorial d’IFRI. Nous avons toujours tenu à le faire car nous avons toujours cru en la force du projet politique porté par le Congrès de le Soummam. Nous nous réjouissons qu’aujourd’hui de nombreux acteurs politiques et sociaux se joignent à ces célébrations et nous avons bon espoir qu’au-delà du cadre, des convergences dans l’analyse et l’action soient trouvées pour faire avancer le combat patriotique et démocratique ».

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ