29-12-2022-CevitalG-Digital-1000x250-IB
PUBLICITÉ
Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ

Le FFS rejette la « thérapie de groupe » de Bensalah

Le premier secrétaire du FFS, Mohamed Hadj Djilani n’a pas raté l’occasion de la commémoration du 3ème anniversaire du décès de feu Hocine Ait Ahmed, pour évoquer le débat autour de la présidentielle 2019. Le FFS, selon lui, n’adhère pas aux initiatives lancées récemment, notamment par le président du parti TAJ, Amar Ghoul, qui appelle à une conférence nationale.
Crédit photo : Interlignes Media | Ali Laskri, porte-parole de l’instance présidentielle du FFS

Le Front des forces socialistes rejette « dans le fond et dans la forme l’initiative du pouvoir qui consiste à organiser une conférence nationale du dialogue » dirigée par le président par intérim Abdelkader Bensalah, prévue pour demain.

 
Le parti du feu Hocine Ait Ahmed qui vie une période de crise sans précédent ces derniers jours « rejette cette énième parade politique puisqu’elle émane d’un pouvoir autoritaire et illégitime et parrainée par un commis de l’État décrié et non reconnu non seulement par le FFS mais aussi  par le peuple algérien dans son intégralité ».
Le parti considère « que cette « thérapie de groupe » à laquelle sont conviés formations politiques, personnalités nationales et autres organisations à caractères multiples  constitue une vraie fausse issue à une vraie crise multidimensionnelle ».
Et dans le fond de la question, le FFS estime que « réellement, le pouvoir est en panne de perspectives et de visions politiques à même de répondre aux urgences de l’heure. Pis encore, cet aveuglement chronique a été empiré par une absence criarde de toute volonté politique nécessaire à éviter au peuple Algérien et au pays une situation plus difficile à résorber à moyen et à long terme ».

Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ