AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Le PAD condamne « fermement » la répression policière lors des marches du Hirak

Le Pacte pour l’Alternative Démocratique (PAD) a condamné et dénoncé « fermement », ce jeudi 20 mai, les répressions policières lors des marches du Hirak. Pour le PAD, ces répressions qui ont connu « une escalade sans précédent » lors de la marche du vendredi 14 mai sont « porteuses de dérapages incontrôlables ».

Les forces du PAD « constatent avec indignation que la répression et la violence policière contre les marches pacifiques populaires ont connu une escalade sans précèdent le vendredi 14 mai 2021 à travers plusieurs wilayas du pays », a indiqué un communiqué rendu public ce jeudi.

Rappelant que 1000 manifestants ont été arrêtés, 90 trainés devant les tribunaux et 44 écroués, le PAD a estimé que c’est « une véritable chape de plomb qui s’abat sur l’action politique autonome ».

« Le nombre de détenus es politiques et d’opinion dépasse désormais 120 personnes, plusieurs activistes, militants politiques, journalistes…sont sous contrôle judiciaire et d’autres sont convoqués par la police pour leurs activités liées à la mobilisation révolutionnaire de février 2019″, ont-ils déploré.

Le PAD a appelé « à la libération immédiate » et « inconditionnelle » de tous les détenus politiques et d’opinion et au respect des libertés fondamentales.

« La multiplication et la généralisation des mesures liberticides viennent confirmer si besoin était encore là criminalisation, judiciarisation de l’action politique et du journalisme indépendants », estiment les forces du PAD, tout en mettant en garde « les pouvoirs publics quant aux conséquences de la répression porteuse de dérapages ».

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ