Bannière web 1000x250
PUBLICITÉ
Bannière web 300x250
PUBLICITÉ

Le pétrole s’envole après une baisse de production surprise de pays de l’Opep

Les prix du pétrole montaient en flèche lundi au lendemain de la décision surprise de plusieurs pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de leurs alliés (Opep+) de procéder à une importante coupe de leur production de brut.
© DR | L'AIE prévoit la baisse de la croissance de demande en pétrole en 2024

Les prix du pétrole montaient en flèche lundi au lendemain de la décision surprise de plusieurs pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et de leurs alliés (Opep+) de procéder à une importante coupe de leur production de brut.

Le baril de Brent de la mer du nord pour livraison en juin, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, prenait 5,1 % à 83,89 dollars. 

Son équivalent américain, le baril de West Texat Intermediate (WTI), pour livraison en mai, gagnait 5,14% à 79,56 dollars.

Plusieurs grands pays exportateurs de pétrole ont annoncé dimanche, à la surprise du marché, une réduction dès mai de leur production de brut, et ce, jusqu’à fin 2023.

Cette coupe de plus d’un million de barils par jour, annoncée dimanche par l’Irak, l’Algérie, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Oman, le Koweït et le Kazakhstan débutera en mai et durera jusqu’à la fin de l’année.

Ryad va réduire sa production de 500.000 bpj, l’Irak de 211.000 bpj, les Emirats de 144.000 bpj, le Koweït de 128.000 bpj, le Kazakhstan de 78.000 bpj, l’Algérie de 48.000 bpj et Oman de 40.000 bpj, ont déclaré chaque pays.

La Russie a quant à elle précisé qu’elle prolongerait jusqu’à la fin de l’année sa réduction de production de pétrole brut de 500.000 barils déjà annoncée.

« Avec la fin de la crise bancaire et le retour de la confiance sur les marchés, le prix du baril montrait déjà des signes de reprise, et l’annonce (de certains pays membres de l’OPEP+) a renforcé cette dynamique, ramenant les prix du pétrole à leur niveau d’avant la crise bancaire« , explique Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

AD-300-X-250