29-12-2022-CevitalG-Digital-1000x250-IB
PUBLICITÉ
Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ

Louisa Hanoune : « une famille vivant avec 3000 DA est plutôt une famille morte »

La secrétaire général du parti des travailleurs (PT), Luisa Hanoune critique sévèrement la situation des travailleurs en Algérie. Intervenant à la clôture de la session ordinaire du Conseil national de sa formation, elle a abordé d’abord la décision de permaniser près de 60 000 enseignants contractuels. Selon elle, même si cette décision est à saluer, il y a de nombreuses autres catégories d’enseignants qui souffrent de la généralisation du système de la contractualisation.
© DR| Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT)

Cet état de fait est synonyme, selon elle, de la précarisation de l’enseignant qui ne se consacrera pas pleinement à son travail. « De plus, est-ce la décision concernera tous les contractuels, y compris ceux qui n’ont pas bénéficié d’un renouvèlement de leurs contrats ? Est-ce que les diplômes universitaires seront pris en considération dans cette titularisation où on obligera les concernés à abandonner leurs diplômes », s’interroge-t-elle.

La patronne du PT cite aussi le cas des étudiants des écoles supérieurs de l’enseignement (ENS) qui doivent être rassurés sur « la disponibilité de leurs postes budgétaires à la fin de leur cursus ». Selon Louisa Hanoune, les contractuels existent aussi dans d’autres secteurs, comme l’enseignement supérieur et d’autres secteurs de la fonction publique.

« Il y a des catégories de travailleurs qui perçoivent une indemnité de 3000 DA par mois. Une famille peut-elle vivre avec un tel revenu ? Elle est plutôt une famille morte », dénonce-t-elle. La secrétaire générale du PT condamne aussi l’inadéquation entre les contractuels et les salaires qu’ils perçoivent.

Elle souligne aussi la politique de la destruction du diplôme universitaire. « Il faut que toutes les formes d’arbitraire et d’exclusion cessent », exigent-elle. Dans son discours d’une 1h45 minutes, Louisa Hanoune critique aussi la loi de finances 2023 adoptée, récemment, par le parlement, et souligne l’absence d’une réelle politique de développement dans les nouvelles wilayas du sud du pays.

 

Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ