29-12-2022-CevitalG-Digital-1000x250-IB
PUBLICITÉ
Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ

Ouverture de la 36e édition de la foire internationale de l’Assihar à Tamanrasset: Pari gagné pour l’Ahaggar

Le coup d’envoi de la 36e édition de la foire internationale « Assihar » (qui signifie littéralement rencontre en Tamashek) a été donné, aujourd’hui vendredi 23 décembre, en présence de toutes les autorités locales, du ministre du commerce et de la promotion des exportations et celui du tourisme et de l’artisanat.
© INTERLIGNES | Ouverture de la 36e foire internationale de l'Assihar à Tamanrasset

A première vue, les autorités de la wilaya de Tamanrasset semblent mettre le paquet pour réussir cet événement qui se veut un véritable portail d’ouverture vers le marché africain.

D’après les organisateurs, cette manifestation économique qui s’étalera jusqu’au 6 janvier 2023,  se distingue par la diversification des activités économiques, culturelles et touristiques programmées pour replonger les convives de l’Ahaggar, 15 jours durant, dans l’histoire millénaire de la région, mais surtout pour valoriser les atouts d’une Algérie qui confirme davantage son rôle de pivot dans les nouvelles stratégies visant à booster l’économie africaine.

Ainsi, une exposition internationale des produits exportables a été au menu de cette foire qui rassemble un peu plus de 170 opérateurs économiques de divers domaines économiques.

Cette édition  enregistre également une forte présence d’opérateurs économiques des pays sahéliens pour tenir la première rencontre des hommes d’affaires  de l’Algérie et  des pays sahéliens sous le slogan de développer le commerce intra-communautaire avec la participation des présidents de chambres commerciales des pays participants en coordination avec les hommes d’affaires qui doivent se mettre à contribution pour consolider la première plate-forme d’échanges commerciales, laquelle s’apparente à une véritable passerelle de communication entre les opérateurs économiques des pays du continent africain.

Au volet commercial, une exposition a été aussi organisée à l’occasion de la 36e édition de l’Assihar afin de mettre en valeur les produits de large consommation. Cette exposition, indique le ministre du commerce et de la promotion des exportations, Kamel Rezig, dans son allocution d’ouverture, regroupe plus 100 producteurs nationaux, dont 40 artisans. A ceux-là s’ajoutent 70 participants issus des pays voisins.

Le commerce du troc n’est pas en reste puisque l’Assihar  consacre également des espaces d’exposition aux opérateurs des pays concernés par cette activité qui s’est, rappelons-le, frayée une place non négligeable dans le développement de l’économie locale, et ce depuis la toute première édition de la grande foire de l’Assihar qui remonte à 1972.  « Au-delà du rôle prépondérant qu’elle joue dans la préservation des valeurs patrimoniales de la région, la nouvelle vision d’Assihar reflète la dynamique de diversification économique, culturelle et touristique qui s’appuie sur des perspectives prometteuses accordées par la Zlecaf (zone de libre-échange continentale africaine), laquelle vise à accroître le volume des échanges commerciaux entre les pays membres » soutient le ministre.

Et de renchérir que  « la situation de l’économie mondiale, se caractérisant par l’évolution des modèles économiques, nous oblige à relever tous les défis stratégiques et à saisir toutes les opportunités disponibles, en particulier après la pandémie de Coronavirus et la guerre en Ukraine, soit deux crise qui ont particulièrement affecté les économies mondiales et africaines ». « Alors que les prévisions du Fonds monétaire international font ressortir une baisse du taux de croissance économique pour l’année 2023 de l’ordre de 2,7 %, nous, en tant que pays africains, devons, plus que jamais, travailler ensemble pour parvenir à l’objectif de l’intégration économique » préconise le représentant du gouvernement devant les représentants des pays hôtes, particulièrement le Niger et le Mali.

Pour ce qui des exportations, Rezig  a, au passage, fait état d’une hausse des exportations hors hydrocarbures de l’ordre de  6 milliards de dollars, et d’une baisse de 50% des importations, selon le bilan arrêté à novembre dernier. Il a aussi saisi l’opportunité pour évoquer les réformes entreprises dans le cadre de l’encouragement des investissements étrangers et la création des zones franches au niveau de cinq wilayas frontaliers  pour donner une dimension africaine à ces régions et du coup renforcer la dynamique économique envisagée entre les pays voisins et les populations locales.

De son côté, le wali de Tamanrasset, Mohammed Boudraâ, a réitéré son engagement qui s’inscrit dans le cadre de la nouvelle feuille de route gouvernementale visant à faire de cette région touristique par excellence un véritable carrefour d’échanges économiques orientées vers le marché Africain. Le chef de l’exécutif a également mis en exergue l’importance de relancer la locomotive d’investissement pour endiguer l’hydre de désœuvrement qui hante la jeunesse, en invitant les opérateurs économiques à s’investir dans des projets générateurs de richesses et d’emploi.

 

Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ