AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Positionnement des universités algériennes parmi les derniers classements: le débat s’ouvre à l’université de Tamanrasset

La valorisation de la recherche scientifique et les travaux académiques obéissant aux critères de classement des grandes universités, a été le maître mot des chercheurs et enseignants universitaires qui ont pris part, ce jeudi 10 novembre, à la journée de formation organisée aux profits des doctorants de l’université de Tamanrasset.
© INTERLIGNES | Débat à l'université de Tamanrasset.

Initiée par le laboratoire de recherche « défis de l’investissement et de développement durable dans les zones frontalières (DIDDOZOF), la journée a réuni chercheurs et doctorants qui semblent déterminés à améliorer leur facteur d’impact afin mieux se positionner parmi les meilleures universités nationales et internationales.

D’emblée, le vice doyen chargé de la post graduation, de la recherche scientifique et des relations extérieures auprès de la faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion, Dr Noureddine Souilhi, a mis en exergue l’importance de se mettre à niveau pour pouvoir faire face aux nouvelles exigences du secteur, mais surtout pour développer un tissu de scientifiques orientés vers l’innovation dans la recherche et la qualité des publications scientifiques.

Il a ainsi invité les chercheurs présents à cette journée placée sous le thème « Réalité et perspectives de la recherche scientifique en Algérie », à se mettre à contribution pour faire aboutir la nouvelle stratégie basée essentiellement sur  des recherches scientifiques ciblées et des productions académiques en mesure de se frayer une place dans des revues scientifiques de renom.

Intervenant dans le même sillage, le directeur du laboratoire DIDDOZOF, Sayfeddine Telli, a passé en revue les principaux critères adoptés dans le classement des universités avant de revenir sur la performance académique au regard des travaux  réalisés et des moyens favorisant la production scientifique suivant les nouvelles orientations ministérielles.

La tribune a été ensuite cédée à Achouak Benkadour, professeur à l’université de Tamanrasset, qui a, à sont tour, mis l’accent sur l’importance de structurer les articles scientifiques avant de les soumettre à la publication. Elle a axé son intervention sur les normes de rédaction IMRaD (Introduction, Méthodes, Résultats et (and) Discussions), dont la lisibilité et le caractère universel en font une excellente base pour la structure des projets de recherches et de formations universitaires, des thèses doctorales et des articles scientifiques.

De son côté, Dr Mohammed Maatalah, a évoqué lors de son allocution les principaux outils d’analyses et modèles économétriques utilisés dans la recherche scientifique avant de céder le pupitre à Dr Ahmed Benmalek, enseignant spécialiste en droit à l’université de Tamanrasset, qui s’est, à son tour,  focalisé sur les nouvelles dispositions et sanctions prises dans le cadre de la prévention et la lutte contre le plagiat.

Devant une assistance constituée principalement d’étudiants en 3e cycle, de chercheurs et d’enseignants, toutes catégories confondues, Dr Marem Henni est intervenu sur les modalités d’accès aux différentes plateformes internationales  proposant des outils et des services autour de la propriété intellectuelle et de la production de connaissances scientifiques.

A cette  journée de formation a également été une occasion pour aborder les procédures devant être suivies pour conforter le choix des revues scientifiques indexées dans des bases de données internationales. A ce propos, Dr Mamar Traïche, éditeur associé dans une revue scientifique classée, a mis en garde contre les revues prédatrices et les éditeurs douteux avant d’inviter l’assistance à respecter certaines procédures dont le test des sélecteurs de revues pour éviter d’éventuelles arnaques.

Dans le même ordre d’idée, Khadidja Ishak, enseignante à l’université de Tamanrasset s’est étalée sur nombres d’erreurs pouvant inévitablement conduire au rejet des articles soumis à la publication. Au terme de cette manifestation scientifique, les présents ont également été invités à se mettre devant leurs claviers pour appliquer les notions théoriques relatives à la manipulation de Zotero, un logiciel de gestion de références qui permet de gérer facilement des données bibliographiques et des documents de recherche scientifique.

La tâche à été ainsi confiée à Dr Abdelhah Guenoun qui a montré comment fonctionne ce carrefour de gestion bibliographique en aidant l’assistance à bien se familiariser avec l’interface de Zotéro.

 

 

 

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ