AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

RAJ: Abdelouahab Fersaoui entendu par la police judiciaire

© DR |
Crédit photo: DR. Abdelouahab Fersaoui, président de l'association RAJ

Le Président de l’association Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) a été entendu ce dimanche 30 mai par la police judiciaire du commissariat central de Béjaia. Il s’y était rendu ce matin après avoir reçu, le mercredi 26 mai, une convocation l’appelant à se présenter « dans les plus brefs délais ».

Dans un vidéo diffusée sur la page Facebook de l’association à l’issue de son interrogatoire, Abdelouahab Fersaoui détaille avoir été interrogé sur « l’affiliation et mon appartenance à l’association. Mais le questionnaire porte beaucoup plus sur mes déplacements à l’étranger et mes participations à des rencontres régionales notamment au Maghreb et dans le bassin méditerranéen » .

Et d’ajouter: « Ils ont cité une ou deux personnes qui sont apparemment amies avec moi sur Facebook. J’ai dit que ce sont des personnes que je ne connais pas et effectivement je ne les connais pas. J’ai plus de 5000 amis virtuels sur Facebook et je ne suis pas sensé connaitre tout le monde ».

Sa convocation étant reçue le même jour que celle réceptionnée par l’association RAJ suite à une procédure judiciaire engagée par le ministère de l’Intérieur, Abdelouahab Fersaoui a dit avoir questionné s’il y a un lien entre les deux.

« J’ai insisté et dit si cet interrogatoire a une relation avec la requête déposée par le ministère de l’Intérieur pour la dissolution de l’association RAJ, ils ont dit que c’est une coïncidence », a-t-il déclaré.

Pour rappel, le RAJ a reçu le mercredi 26 mai 2021 par le biais d’un huissier de justice une citation a comparaître devant le tribunal administratif d’Alger, suite à une requête déposée par le ministère de l’intérieur et des collectivités locales. Selon l’association le ministère « veut la dissolution du RAJ ». Le même jour, son président Abdelouahab Fersaoui a reçu une convocation de la police pour se présenter « dans les plus brefs délais » au commissariat central de Bejaia.

« L’association est ciblée depuis le début du Hirak avec onze de ses membres poursuivis en Justice et neuf d’entre eux qui ont fait de la prison », a rappelé Abdelouhab Fersoaui, soulignant que l’association « continuera à mener son combat pacifique ».

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ