AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

« Scène de désolation » au lendemain des feux de forêts à El Taref

© INTERLIGNES | Le parc national d'El Kala ravagé par les flammes

Au lendemain des incendies qui ont ravagé le parc national d’El Kala à l’extrême est du pays, les témoins qui étaient présent au moment des faits sont toujours sous le choc. Des scènes de désolation qui renseigne sur l’ampleur des flammes qui ont réduit en cendre  une partie du parc, un endroit prisé par les visiteurs pour passer leurs moments de détente avant que celle ci ne se transforme en cauchemar.

« Les flammes emportées par la force du vent  en forme de tourbillon qui dégageait des étincelles ayant provoqué  l’incendie à l’intérieur du parc, explique deux témoins présent sur place au moment du départ de l’incendie.  Le feu a pris dans les arbres et au manège, ajoutent-ils. Les visiteurs sont pris de panique, ils couraient pour échapper aux flammes.

Le témoin, un jeune homme, la trentaine d’âge, indique qu’il assisté à des scènes indescriptible. Une femme qui prend feu se débarrasse de son bébé pour fuir les flammes. Il dit que nous avons appelé les pompiers, ils nous ont répondu qu’ils sont à la résidence du Wali. On secouru un homme qui a été brulé à l’aide d’une porte en bois, nous avons attendu l’arrivé des pompiers. Au bout de trois heures d’attente nous l’avons transporté dans une camionnette à l’hôpital d’El Taref, déplore-t-il. Le témoin salue l’engagement du peuple et critique « l’absence » de l’Etat.

Un autre témoin sous le choc affirme qu’il perdu sa soeur. Nous étions en train de déjeuner l’incendie s’est déclaré personne nous a alerté quant à l’arrivée des flammes.

Les flammes ont causés des dégâts importants. Des véhicules calcinés, des bêtes carbonisées gisaient à terre. Un éleveurs raconte qu’il perdu son cheptel. Impuissant devant l’ampleur des incendies, l’éleveur invoque la volonté du dieu.

Le premier ministre qui s’est rendu sur les lieux de l’incendie en compagnie d’une délégation ministérielle a réitéré l’engagement de l’Etat à dédommager les personnes touchées par les flammes.

Concernant les causes qui ont provoqué le départ du feu, un cadre des services forestier explique que toutes les conditions étaient réunies pour que le feu prenne. Les températures ont atteint 50 C, la végétation est sèche. Avant la végétation séchait en septembre, ce qui est n’est plus le cas aujourd’hui, à cause de la sécheresse. S’agissant des pertes engendrées par les flammes, le témoin déplore que de belles chênes lièges soient parties en fumée. Ce que j’ai vu hier, c’est énorme, c’est terrifiant, assure -t-il. Il explique ce qui s’est passé comme une nuée ardentes de volcan. Tout d’un coup un nuage de feu qui vient à toute vitesse et qui ramasse tout.

Pendant ce temps, les pompiers continuent d’éteindre les feux en cours. 118 foyers d’incendies ont été enregistrés durant les dernières 24 heures dans 21 wilayas de l’est du pays, principalement El Taref, Souk Ahras, Guelma, Setif et Skikda. 14000 hectares de superficie forestières ont été touchées par les incendies, selon la direction générale des forêts (DGF).

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ