AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Syrie: Bachar al-Assad réélu président avec 95,1% des voix

Bachar Al-Assad a été réélu président de la Syrie pour un nouveau mandat de sept ans après avoir remporté 95,1% des voix. Ses deux adversaires, Abdallah Salloum Abdallah, ex-ministre et parlementaire, et Mahmoud Mareï, membre de l’opposition, ont obtenu respectivement 1,5% et 3,3% de voix.

Les résultats ont été annoncés jeudi 27 mai par le président du Parlement, Hammoud Sabbagha. 14,2 millions de personnes ont participé au scrutin, sur les 18,1 millions du corps électoral, soit un taux de participation de 76,64 %, d’après Hammoud Sabbagha.

Bachar al-Assad, 55 ans, propulsé au pouvoir en 2000 en remplacement à son père qui est décédé après trente ans de règne, dirigera ainsi le pays pour un nouveau mandat de sept ans.

Il s’agit de la deuxième élection depuis le début de la guerre en 2011 qui a fait 388.000 morts et des millions de réfugiés. Le premier scrutin a été organisé en 2014 et c’est Bachar al-Assad qui l’a emporté avec plus de 88% des voix, selon les résultats officiels.

Condamnation de l’Occident

Plusieurs ministres Européens ainsi que le ministre américain des Affaires Etrangères ont condamné cette élection qu’ils estiment « ni libre ni juste ».

« Nous dénonçons la décision du régime Assad de tenir une élection en dehors du cadre décrit par la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU 2 254 et nous soutenons les voix de tous les Syriens, notamment les organisations de la société civile et l’opposition syrienne, qui ont condamné ce processus électoral comme étant illégitime », dénoncent l’Américain Antony Blinken, l’Allemand Heiko Maas, le Britannique Dominic Raab, le Français Jean-Yves Le Drian et l’Italien Luigi Di Maio dans une déclaration commune rapportée par l’AFP.

« Selon la résolution, des élections libres et justes devraient être organisées sous la supervision de l’ONU en respectant les plus hautes exigences internationales en matière de transparence », estiment-ils. 

Rétorquant, Bachar Al-Assad a estimé que les critiques des « occidentaux ne valent rien ». « Je pense que la mobilisation que nous avons vue ces dernières semaines apporte une réponse suffisante et claire qui leur dit: « vos opinions ne valent rien, votre valeur équivaut à dix zéro », a indiqué al-Assad depuis un bureau de vote mercredi.


AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ