AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ

Justice : Étrange allègement des peines des anciens ministres de Bouteflika et ses amis « businessmen « 

La Cour d’Alger a prononcé, ce mercredi 25 mars, son verdict dans le procès en appel des deux affaires liées au dossier de montage automobile et au financement occulte de la campagne électorale du 5e mandat et impliquant plusieurs ex-hauts dirigeants et hommes d’affaires.

La Cour d’Alger a confirmé les peines prononcées en première instance contre les deux anciens chefs de gouvernement, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, condamnés respectivement à douze ans (12) et quinze ans (15) de prison ferme.

L’homme d’affaire et patron du groupe ETRHB Ali Haddad et l’homme d’affaire Ahmed Mazouz qui ont écopé en première instance de sept ans (07) de prison ferme ont bénéficié d’une commutation de peine. Ils sont condamnées à quatre ans (04) de prison au lieu de sept (07).

Pareil pour les deux ex-ministres de l’industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda qui avaient écopé de dix ans (10) de prison , leurs peines ont été réduites de cinq ans. Ils sont désormais condamnés à cinq ans de prison ferme.

Ancien vice-président du FCE et patron du groupe Ival, Mohamed Bairi garde, quant à lui, la même peine prononcée à son encontre en première instance soit trois ans (03) de prison ferme.

De son coté l’ex-ministre des Travaux publics et des transports Abdelghani Zaâlane et ancien directeur de la campagne électorale du cinquième mandat a été innocenté.

AD-300-X-250
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ