29-12-2022-CevitalG-Digital-1000x250-IB
PUBLICITÉ
Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ

Tamanrasset: 20 cas de paludisme enregistrés depuis le début de l’année, selon le professeur Akhamoukh

Le Pr Lyes Akhamoukh, chef service des Maladies infectieuses à l’EPH de Tamanrasset, donne la sonnette d’alarme. La propagation du paludisme inquiète. « Pendant les 14 jours du début de l’année 2023, nous avons reçu plus de 20 cas de paludisme qui viennent tous du Niger et du Mali. En 2022, l’EPH de Tamanrasset a reçu, à lui seul, plus de 868 cas, tous importés. Heureusement nous n’avons eu que 2 décès », prévient-il, lors de son passage, ce dimanche, sur les ondes de la radio chaîne III.
© DR |Lyes Akhamoukh, chef de service des maladies infectieuses à l'EPH de Tamanrasset

Selon lui, la propagation de cette malade en cette période hivernale, car, généralement, le paludisme se propage du mois d’août au mois de novembre. « C’est la saison des pluies au Sahel », explique le médecin.

Selon lui, pas de craintes. « Car l’Algérie a déjà obtenu une certification de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de l’élimination du paludisme. Ce qui veut dire qu’il n y a pas de cas autochtones », rassure-t-il.

Cependant, Lyes Akhamoukh insiste sur la prévention qui est la meilleure façon de se protéger contre ces maladies infectieuses. « Pour prévenir contre ces maladies infectieuses, tout voyageur dans les pays du Sahel doit faire des consultations avant et après son voyage. Ce qui accélérera le diagnostic et la prise en charge en cas d’infection. Une personne qui revient d’un voyage et qui ressent de la fièvre durant les premiers jours suivant son retour, doit consulter immédiatement », recommande-t-il.

 

Cevital 300 X 250 copie
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
AD-300-X-600
PUBLICITÉ
AD-1000-X-250-Final
PUBLICITÉ
AD-300-X-250
PUBLICITÉ